27

EN COURSE AVEC RENAULT

Scroll
to explore
L’équipe de course française a joué un rôle de précurseur dans l’introduction du moteur turbo en Formule 1, avec Longines comme partenaire de chronométrage.
Grand Prix d’Italie 1984 : Patrick Tambay (F) en Renault RE50.
1981-1985
Au début des années 1980, Longines collabore avec Ferrari et Renault F1 Team. Le constructeur automobile français a été un pionnier de la Formule 1, en introduisant le premier moteur turbo en 1977. Le turbocompresseur exploite la pression et l’énergie contenue dans les gaz d’échappement chauds en les comprimant pour gagner en puissance et en couple. À l’époque, la cylindrée du moteur était limitée à 1,5 litre pour les moteurs turbocompressés, au lieu des 3 litres habituels. Initialement, les moteurs des voitures jaunes Renault finissaient souvent en fumée. En 1979, l’équipe Renault semble enfin être sortie de la phase expérimentale et dispute sa première saison complète, remportant sa première victoire lors du Grand Prix de France. Le 23 janvier 1981, Renault Sport et Longines signent un contrat marquant le début d’une étroite collaboration. Le constructeur français bénéficie du soutien technique des spécialistes suisses du chronométrage pour préparer les voitures et former les techniciens lors des épreuves de Formule 1 et les rallyes. Les moteurs turbo ne cessent d’être améliorés, gagnant en fiabilité et devenant plus puissants que leurs concurrents. C’est le début d’une nouvelle ère : une fois le moteur au point, les Turbo Renault sont pratiquement imbattables.
Autre aubaine, le talentueux Alain Prost rallie les rangs de l’équipe de course Renault. En juillet 1981, lors du Grand Prix de France, les chronométreurs Longines enregistrent le meilleur tour en course de Prost qui remporte ainsi son premier titre. La voiture jaune part en pole position lors des cinq courses suivantes, et Prost s’impose une nouvelle fois en Hollande et en Italie et prenant la deuxième place en Allemagne. Cependant, le moteur turbo connaît encore de fréquentes défaillances et Ferrari développe entre-temps son propre moteur turbo. En 1983, avec un moteur de plus de 800 chevaux, Prost marque régulièrement des points et décroche quatre podiums. Le pilote français domine le championnat pendant la plus grande partie de la saison et serait devenu champion du monde si le turbo de sa voiture ne l’avait pas lâché au 35e tour de la dernière course en Afrique du Sud, permettant à Nelson Piquet, avec sa Brabham-BMW, de décrocher le titre avec deux points d’avance. La saison 1985 est la dernière pour l’équipe Renault dont le développement du moteur turbo avait profondément marqué l’histoire de la Formule 1. De nombreuses équipes s’inscrivent dans le sillage de cette technologie pionnière permettant à Prost, les années suivantes, de s’imposer dans d’autres voitures et de devenir quatre fois champion du monde.
Grand Prix d’Autriche 1981 : Alain Prost au volant d’une Renault RE30, réalisant le deuxième meilleur temps des qualifications.
Première victoire : Alain Prost, Grand Prix de France (Dijon) 1981.
Summary