10

DIEUDONNÉ COSTES ET MAURICE BELLONTE

Faites défiler
pour explorer
La montre de cockpit Longines indiquant le temps sidéral, sur un cadran 24 heures, assurant une réserve de marche de huit jours. Le biplan de Costes et Bellonte, le Breguet XIX TF, baptisé « Point d’interrogation » était équipé de deux de ces montres. Maurice Bellonte les conservera toutes les deux jusqu’à sa mort.
Breguet XIX TF « Point d’interrogation »
1929
Avec Maurice Bellonte (1896-1984), Dieudonné Costes établit un record mondial de distance en ligne droite parcourant 7 905 km (4 912 milles). Au départ de Paris, les pilotes français se dirigent vers l’est et atterrissent à Tsitsikar, au nord-est de la Chine, le 29 septembre 1929. L’année suivante, ils exécutent le premier vol de l’Histoire entre Paris et New York. Il s’agit du trajet de Lindbergh mais effectué dans la direction opposée, ce qui est bien plus difficile, car ils sont fréquemment exposés à des vents contraires. Après avoir volé 37 heures et 18 minutes, de jour comme de nuit, ils atterrissent à New York.
Leur biplan Breguet XIX TF, baptisé « Point d’interrogation » était équipé de deux montres de bord Longines. Maurice Bellonte les avait commandées à la manufacture de Saint-Imier et les installa lui-même dans le cockpit. Longines avait conçu ces montres tout spécialement pour la navigation, ne mesurant pas le temps civil, mais le temps sidéral : une échelle de temps basée sur le taux de rotation de la terre mesuré par rapport aux étoiles fixes. Un jour sidéral a une durée de 23 heures, 56 minutes et 4 secondes. Les montres Longines assuraient une réserve de marche de huit jours, les cadrans étaient calibrés sur 24 heures (au lieu des 12 heures habituelles).
Dieudonné Costes (à droite) et Maurice Bellonte le 27 septembre 1929, avant leur départ de Paris pour Tsitsikar (Chine). Ce voyage leur permet de battre le record du monde de distance (4,912 milles - 7 905 km).
Sommaire