Skip to Main Navigation Skip to Content

Une histoire
du temps

Chapitre 1

UN HÉRITAGE SOLIDE
DEPUIS 1832

Chapitre 2

UNE HISTOIRE
DE L'HORLOGERIE

Chapitre 3

UNE EXPERTISE
DE CHRONOMÉTRAGE

Découvrir

UN ESPRIT PIONNIER
QUI PERDURE

Chapitre 1

UN HÉRITAGE SOLIDE
DEPUIS 1832

Chapitre 2

UNE HISTOIRE
DE L'HORLOGERIE

Chapitre 3

UNE EXPERTISE
DE CHRONOMÉTRAGE

Découvrir

UN ESPRIT PIONNIER
QUI PERDURE

un héritage
solide
depuis 1832

Chapitre 1

Auguste Agassiz (à gauche) et Ernest Francillon (à droite), les pères fondateurs de Longines

L'histoire de Longines a commencé il y a 190 ans.

1832

Auguste Agassiz et ses collègues horlogers ont fondé leur atelier dans le village suisse de St-Imier. Sans électricité, sans eau courante et sans autre moyen de communication que la diligence, Agassiz et ses horlogers se sont lancés un sacré défi. Ils suivent une vision : se distinguer par la qualité.

1852

Conscient de la nécessité de trouver quelqu'un qui partage sa vision, Agassiz fait appel à son neveu. Le jeune Ernest Francillon n'a aucun doute ni aucune crainte quant à la nouvelle ère de l'industrialisation : c'est la seule voie possible. Il jouera un rôle central dans l'évolution de la marque.

1867

Inspiré par sa conviction, Francillon transforme l'atelier d'horlogerie de son oncle en une nouvelle usine. Depuis 1867, des artisans talentueux travaillent ensemble sous le même toit, aidés par des machines. Longines est l'une des premières marques horlogères suisses à mécaniser la production de ses montres. En utilisant des turbines hydroélectriques, l'entreprise améliore la qualité de ses composants, et c'est ainsi que l'on réussit à produire des montres de haute qualité et de grande précision.

L'usine Longines

Située à Saint-Imier, l'usine a été construite sur le champ Les Longines (« longues prairies »). C'est en effet le nom du champ qui a donné sa marque à Longines. L'usine Longines est restée au même endroit depuis lors.

1867
1867
1911
1911
1966
1966
De nos jours
De nos jours

Longines est la première marque
enregistrée qui est encore valable aujourd'hui

À l'ouverture de l'usine, les montres Longines sont déjà ornées d'un logo en forme de sablier ailé et d'un numéro de série, comme protection contre les contrefaçons et garantie d'authenticité. À partir de 1880, le nom de la marque est déposé en Suisse, tandis que le logo est enregistré en 1889. En 1893, une protection mondiale est assurée lorsque le nom de la marque et le logo sont déposés auprès des Bureaux internationaux unis pour la protection de la propriété intellectuelle, l'ancêtre de l'OMPI. Longines est la plus ancienne marque enregistrée auprès de l'OMPI encore utilisée aujourd'hui. Bien que son aspect graphique ait légèrement évolué au fil du temps, le sablier ailé de Longines est utilisé en permanence depuis 1867.

Une histoire
de l'horlogerie

Chapitre 2
Au fil du temps, Longines a fabriqué une grande variété de chronomètres, de chronographes, de chronomètres et d'instruments de mesure du temps. Les horlogers de Longines ont véritablement ouvert la voie et, si la marque continue de se remettre en question et reste à la pointe de l'innovation, elle est légitimement fière de certaines des technologies qu'elle a présentées au monde au fil des ans.

JALONS HORLOGERS
DE LONGINES

1878

Avec ses nouveaux procédés mécaniques, Longines produit sa première montre de poche chronographe, la calibre 20H. Il s'agit du premier mécanisme fabriqué par Longines qui peut être utilisé pour le chronométrage précis, un domaine dans lequel la marque investit fortement depuis la fin du XIXe siècle.

1908

Les horlogers de la marque présentèrent la première montre de poche affichant deux fuseaux horaires en 1908. Cette montre fonctionnait pour l'Empire ottoman (aujourd'hui la Turquie), pour convertir l'heure turque en heure occidentale. Double aiguille des minutes et des heures basée sur une double paire d'aiguilles centrale. Un brevet a été déposé en 1911.

1911

Longines défie l'industrie horlogère en créant l'un des premiers chronographes-bracelets au monde, basé sur le calibre 19.73N de Longines.

1913

Le premier calibre chrono Longines de taille compacte pour une montre-bracelet est développé : le 13.33Z. Avec ses 29 mm de diamètre, il représente le modèle de base des chronographes modernes. Ce mouvement de qualité supérieure comprend un compteur instantané de 30 minutes et est précis au cinquième de seconde.

1925

Les horlogers de la marque présentent la première montre-bracelet chronographe avec deux poussoirs indépendants et une fonction flyback. Ce mécanisme permet de réinitialiser et de démarrer une nouvelle mesure du temps par une simple pression sur le bouton-poussoir. Le modèle illustré date de 1928.

1925

Longines développe la première montre-bracelet à indiquer un second fuseau horaire, le calibre 10.68N. Avec son aiguille des heures supplémentaire, elle est capable de convertir l'heure locale en heure universelle mondiale (UTC+0 ou Heure Zoulou). Le drapeau Z sur le cadran signifie Zéro (UTC + 0) ou plus tard Heure Zoulou. Les deux coins rouges de trois minutes indiquent les périodes de silence radio pour les opérateurs radio des navires.

1927

En collaboration avec l'officier de la marine américaine Philip Van Horn Weems, Longines développe la montre Weems Second Setting Watch. Avec un cadran central rotatif innovant, il permet de synchroniser précisément l'aiguille des secondes sur un signal horaire radio. Il est très apprécié des navigateurs et des pilotes.

1931

Après avoir effectué son célèbre vol en solitaire sans escale au-dessus de l'Atlantique Nord en 1927, le pilote Charles A. Lindbergh inspire à Longines la création de la première montre-bracelet dotée d'une lunette tournante pour l'astronavigation. Utilisée en conjonction avec un sextant et un almanach nautique, la montre Lindbergh Angle Horaire aide les aviateurs à calculer leur position géographique à l'aide des étoiles.

1936

L'usine Longines développe le premier chronographe de série avec une fonction flyback (calibre 13ZN). Il s'agit de l'un des mouvements de chronographe les plus avancés technologiquement de l'époque. Longines dépose un brevet pour le mécanisme de flyback en 1935, qui est accordé en 1936.

1936

En utilisant un mouvement de haute précision 21.29, Longines développe le Siderograph, un chronomètre d'astronavigation. Ce dispositif exprime le temps sidéral de Greenwich en degrés, minutes et fractions de minutes d'arc et permet de calculer rapidement la position.

1937

Longines produit le premier chronographe véritablement étanche, avec ses poussoirs typiques en forme de champignon. Un brevet a été déposé en 1938.

1942

Une version spéciale du légendaire mouvement chronographe 13ZN de Longines est produite. Un compteur de minutes avec une aiguille centrale rouge compte les minutes écoulées, qui sont visibles sur l'ensemble du cadran plutôt que sur un très petit cadran auxiliaire. Il compte 60 minutes au lieu de 30 minutes, et sur le cadran auxiliaire se trouve un compteur pour 12 heures.

1954

Longines lance sa collection Conquest. Il s'agit de la première étape d'une stratégie de développement de nouveaux produits - l'introduction de familles de produits. En effet, enregistrée en Suisse le 3 avril 1954, Conquest est la première famille de produits établie.

1956

Après Conquest, l'élégante collection Flagship est lancée, avec son médaillon distinctif représentant une caravelle gravée sur le fond du boîtier.

1958

Longines présente la Longines Nautilus Skin Diver. Il s'agit de la première montre de plongée civile de Longines. Son boîtier est doté de la technologie brevetée de fermeture du boîtier « Compressor » : Plus vous plongez, plus la pression exercée sur le joint est importante et ferme le boîtier encore plus hermétiquement.

1959

Après la Longines Nautilus Skin Diver, les horlogers développent une nouvelle montre de plongée iconique à deux couronnes (calibre 19AS), aujourd'hui appelée Legend Diver. Étanche à 120 m, cette montre est dotée d'un disque intérieur rotatif bidirectionnel pour le protéger des obstacles sous-marins, actionné par une seconde couronne.

1959

Longines construit le premier chronomètre-bracelet haute fréquence au monde oscillant à 36 000 battements par heure (calibre 360), remportant les 1ère et 2ème places du concours de la montre la plus précise à l'Observatoire de Neuchâtel en 1961.

1967

Inspirée par le jalon technique atteint avec son calibre 360 et dans le but d'offrir une alternative à l'électronique émergente et au quartz utilisés par la concurrence, Longines lance la Longines Ultra-Chron. Une montre haute fréquence dont la précision garantie est d'« une minute par mois », ce qui correspond à deux secondes par jour.

1969

Longines développe la première montre-bracelet à quartz, appelée Ultra-Quartz. Elle était plus précise que toute autre montre-bracelet de série.

1992

La marque au sablier ailé présente La Grande Classique de Longines. Une collection emblématique qui remporte un succès immédiat et durable.

1997

Inspirée par l'esprit de la « Dolce Vita », Longines lance sa collection DolceVita. Faisant référence aux modèles de forme rectangulaire de la marque dans les années 1920, elle incarne également l'élégance intemporelle de Longines.

2005

Longines présente une collection destinée à perpétuer sa longue tradition horlogère : la collection Longines Master. Cette collection est entièrement composée de modèles avec des mouvements mécaniques.

2007

Dans l'intention de répondre aux besoins des sportifs désireux de rester élégants, Longines présente son pilier sport. Il comprend l'HydroConquest et une nouvelle collection Conquest modernisée.

2020

Conçue à l'image des montres des célèbres aviateurs pionniers qui ont fait confiance à Longines pour réaliser leur exploit, la marque au sablier ailé lance sa collection Spirit.

Une expertise
de chronométrage

Chapitre 3
En travaillant comme chronométreur professionnel, Longines a toujours cherché à développer des innovations ingénieuses, très précises et élégantes. La précision du chronométrage est essentielle dans les sports, car un temps infinitésimal peut déterminer le vainqueur d'une course. Les athlètes, skieurs et cavaliers doivent donc pouvoir placer toute leur confiance dans les pratiques de chronométrage. Au fil du temps, Longines a contribué de manière significative à l'évolution du chronométrage sportif en développant des appareils qui indiquent avec précision le cinquième, le dixième, le centième et même le millionième de seconde. En outre, la marque a développé des équipements clés innovants pour répondre aux besoins spécifiques de chronométrage de nombreux sports.

JALONS HORLOGERS
DE LONGINES

1912

Le premier système de chronométrage sportif électromécanique est développé par Longines pour les lignes de départ et d'arrivée. Il utilise des fils qui, lorsqu'ils sont rompus, mettent respectivement en marche ou arrêtent la montre. Présenté pour la première fois à la Fête fédérale de gymnastique de Bâle, ce dispositif utilisait le corps d'un coureur pour briser un fil relié à une horloge au début et à la fin d'une course.

1914

Longines développe le premier chronomètre avec un mouvement haute fréquence battant 36 000 fois par heure, pour mesurer un dixième de seconde, basé sur le calibre 19.73N.

1916

Longines a développé le premier chronomètre avec un mouvement haute fréquence de 360 000 battements capable de mesurer au centième de seconde.

1945

Suite aux essais de 1937, Longines crée le dispositif de barrière lumineuse à cellules photoélectriques pour les compétitions sportives. Présenté pour la première fois lors d'une course de ski dans le Montana, il remplace le système du fil cassé puisque l'interception du faisceau lumineux active le poussoir du chronographe. Cette avancée technique améliore considérablement le chronométrage des sports d'hiver et d'été.

1949

Longines présente la Chronocaméra. Cet instrument de haute précision et entièrement automatique réagit instantanément à un signal. Il restitue les temps photographiés en 4 secondes. Ce système ingénieux inclut la première horloge à quartz Longines pour le chronométrage sportif. Il enregistre l’ordre, les nombres de départs et les arrivées à l’heure, à la minute, à la seconde et au centième de seconde.

1950

Lors des Championnats du monde de ski alpin d’Aspen, Longines utilise de nouveaux portiques électromécaniques enregistrant les temps de départ et d’arrivée de chaque compétiteur. Ce système s’avère très intéressant, car les chronographes sont déclenchés par le simple mouvement du compétiteur.

1953

Longines développe une nouvelle horloge à quartz destinée au chronométrage dans le sport, qui enregistre plusieurs records de précision à l’Observatoire de Neuchâtel. Le Longines Chronocinégines associe une caméra 16 mm et une horloge à quartz pour fournir aux juges une série de clichés des athlètes s’approchant de la ligne d’arrivée, puis la franchissant, capturés à chaque centième de seconde.

1956

Longines développe un nouvel instrument révolutionnaire : le Contifort. Associé à une horloge à quartz, ce processus d’enregistrement permanent imprime la position des concurrents sur la ligne d’arrivée et leurs temps. Il photographie le temps au centième de seconde.

1956

Longines crée le Chronotypogines, un chronographe à quartz à deux pistes équipé d’une imprimante. Cet instrument de grande précision enregistre les temps sur une bande de papier. Il restitue les heures, les minutes, les secondes, les dixièmes et les centièmes de seconde et permet même d’apprécier le millième de seconde. Certifié par l’Observatoire de Neuchâtel, on l’utilise pour chronométrer les records mondiaux de vitesse.

Depuis 2010

L’équipement de chronométrage Longines, aujourd’hui, compte une nouvelle référence pour mesurer les performances sportives : le Quantum Timer, d’une précision au millionième de seconde.

Sports Équestres

Depuis sa fondation et jusqu’à ce jour, Longines a toujours entretenu des liens étroits avec le monde équestre. D’ailleurs, le premier mouvement de chronographe de Longines, en 1878, fut placé dans un boîtier gravé d’un jockey et de sa monture.

Ces chronomètres furent remarqués sur les pistes de courses américaines dans les années 1880 et rencontrèrent un franc succès chez les jockeys et les amoureux des chevaux. Ce n’est pas par hasard si Longines s’est impliquée si tôt dans le monde équestre. En effet, ces deux univers partagent les mêmes valeurs. Tous deux héritiers d’une longue tradition, ils ont aussi en commun de se démarquer par leur performance et leur élégance naturelle.

En 1912, Longines accompagne sa première compétition de saut d’obstacles à Lisbonne, au Portugal. Ce lien avec les sports équestres est, aujourd’hui, toujours aussi vivant. Au fil des années, d’innombrables compétitions équestres ont bénéficié de la qualité et de la fiabilité des chronographes et instruments développés par Longines.

Ski alpin


Chronomètre professionnel de ski à haute fréquence avec aiguille à rattrapante
(cal. 24 lignes) mesurant 1/10e de seconde (1938).

Longines a également développé le premier tableau des scores lumineux avec temps rotatifs pour les Championnats du monde nordiques de ski de Zakopane, en 1962, puis un nouvel instrument de chronométrage sportif entièrement électronique en 1968, suivis par de nouveaux appareils pour afficher en direct les résultats sportifs à la télévision dans le monde entier, en 1971..

Depuis 2006, Longines est le Partenaire Principal Officiel et Chronométreur Officiel de la Fédération Internationale de Ski (FIS). La marque au sablier ailé chronomètre toujours les plus grandes compétitions de ski et fournit l’équipement essentiel à la gestion des résultats pour tous les événements de la Coupe du monde de ski alpin et des Championnats du monde.


Chronomètre professionnel de ski à haute fréquence avec aiguille à rattrapante
(cal. 24 lignes) mesurant 1/10e de seconde (1938).

Dévaler les flancs de montagnes enneigées fait partie des sports les plus appréciés en Suisse, le pays natal de Longines. En 1924, la marque chronomètre sa première compétition de ski en Suisse. Quelques années plus tard, les chronomètres de Saint-Imier enregistrent les temps des Championnats du monde de ski à Chamonix, en France. En 1939, Longines présente un chronomètre pour le ski embarquant un mouvement haute fréquence avec aiguille rattrapante, capable de mesurer le temps au dixième de seconde.

Lors des Championnats de ski de Crans-Montana (Suisse), en 1945, Longines présente la barrière lumineuse à cellule photoélectrique sur la ligne d’arrivée. Cette énorme avancée technique active les poussoirs de chronographe lorsqu’un skieur franchit la ligne d’arrivée. Cinq ans plus tard, Longines développe un nouvel instrument innovant pour chronométrer les compétitions de ski alpin : les portiques électromécaniques. Utilisés pour la première fois aux Championnats du monde de ski alpin d’Aspen, en 1950, ils enregistrent les temps au départ et à l’arrivée et sont déclenchés par le simple mouvement du compétiteur.

Rallyes

En janvier 1949, des bolides de toute l’Europe participent à la première édition du Rallye de Monte-Carlo après la Seconde Guerre Mondiale. Le chronométrage est confié à Longines et restera son privilège pendant plus de 30 ans. En 1955, la maison de Saint-Imier lance un instrument spécial d’impression par poinçonnage, le Printogines. Équipé d’une horloge avec réserve de marche de 8 jours, il permet aux concurrents de poinçonner leur propre carte de vérification à chaque checkpoint, sur une distance de plus de 5 000 km.

Fiable et robuste, cet appareil a déterminé les temps officiels des vainqueurs à partir des passages enregistrés par les pilotes à tous les checkpoints. Le système s’est avéré si utile qu’il servira à chronométrer toutes les courses les plus célèbres de l’époque, y compris la Coupe des Alpes, le RAC Rally of Great-Britain, le TAP Rally au Portugal et le Rallye des mille Lacs de Finlande, sans oublier le Rallye Acropolis en Grèce ou le Rallye de Côte d’Ivoire en Afrique.

Courses cyclistes

L’ancien président de la Fédération Française de Cyclisme, Jean Pitailler, a personnellement chronométré chaque édition du Tour de France de 1973 à 1980 avec une paire de chronomètres Longines haute fréquence à rattrapante (réf. 7411).

En 1951, Longines est invitée à chronométrer le plus grand rendez-vous cycliste au monde : le Tour de France. Cette course aux quatre coins de l’Hexagone offrait une opportunité parfaite de tester un nouveau système, associant une caméra sur la ligne d’arrivée et un instrument enregistrant les temps de chaque concurrent sur pellicule. Ce système de chronométrage a permis de résoudre le problème de la photo d’arrivée, lorsque les compétiteurs sont au coude-à-coude et franchissent la ligne d’arrivée presque en même temps.

Formule 1


Grand Prix F1 Belgique 1967 : Graham Hill (UK) dans une Lotus 49.

En 1949, Longines présente sa Chronocaméra, un instrument entièrement automatique restituant les temps photographiés, capable de mesurer au centième de seconde. Il était si convaincant que la Fédération Internationale d’Automobile l’a certifié en 1950.
Cette même année, pour la saison d’inauguration de la Formule 1, Longines chronomètre le célèbre Grand Prix de Monaco et l’Indianapolis 500 aux États-Unis, ainsi que les courses de Formule 1 à Barcelone (Espagne), Buenos Aires (Argentine), Spa (Belgique) et Zandvoort les années suivantes.

En 1956, Longines développe son Chronotypogines, utilisant un capteur pour déclencher automatiquement les temps de départ et d’arrivée. Ce système sera bientôt adopté par la Fédération Internationale d’Automobile. En 1980, avec Olivetti, Longines lance une nouvelle méthode pour chronométrer indépendamment chaque véhicule, à l’aide des ondes radio. Une prouesse qui vaudra à Longines d’être le Chronométreur Officiel de toutes les courses de Formule 1 de 1982 à 1992.

Jeux du Commonwealth

Ce partenariat met en exergue l’ingéniosité et la précision des instruments de chronométrage de Longines.

Depuis 1962, Longines est aussi le Partenaire et Chronométreur Officiel des Jeux du Commonwealth. À chaque édition, les chronométreurs, enregistreurs, spécialistes sportifs et gestionnaires des données de Longines mettent leur expertise et leurs instruments au service des fédérations de sport et de leurs athlètes talentueux dans tout le Commonwealth.

LES PIONNIERS QUI ONT
FAIT CONFIANCE À LONGINES